top of page

THE VIPER CLUB

THE VIPER CLUB MNOP.jpg

LUN 15 juillet

Périgueux

20h30

mar 16 juillet

Savignac-Lédrier

20h30

Crédits Photos: Zoé Forget

Que se passe-t-il lorsque vous réunissez quatre des plus grands musiciens de jazz européens jouant 17 morceaux d’une époque où la musique populaire était « en vogue » ? La réponse est The Viper Club – un quatuor qui revisite le partenariat longtemps négligé des musiciens afro-américains Stuff Smith et Jonah Jones (le violoniste et trompettiste dont la musique joyeuse et inventive sous le nom d'Onyx Club a ouvert le son du swing au milieu -jusqu'à la fin des années 1930).

 

Le Viper Club comprend le violoniste Tcha Limberger et le trompettiste Jérôme Etcheberry comme joueurs de première ligne, tandis que le bassiste à cordes Sébastien Girardot et le guitariste Dave Kelbie assurent une section rythmique puissante. Les quatre musiciens ont un pedigree remarquable – Tcha est un multi-instrumentiste primé, profondément lié à la musique folklorique rom hongroise et roumaine et joue du jazz de haut niveau, Etcheberry est l'un des meilleurs cuivres de jazz de France, son album Satchmocracy de 2020 le voit rendre hommage à son héros musical, Louis Armstrong (qui se trouve également être le trompettiste préféré de Jonah Jones), tandis que Kelbie et Girardot comptent parmi les sections rythmiques les plus appréciées du jazz du 21e siècle – et constituent les bases solides de Django à la créole et de Don Vappie & Jazz Creole. a secoué les festivals et les salles de concert du monde entier.

 

Le Viper Club crée des sons brûlants. Librement inspirés par les enregistrements de Smith et Jones des années Onyx Club, Tcha et Jérôme poursuivent un dialogue violon/trompette extrêmement expressif ancré dans l'improvisation blues, les deux musiciens se nourrissant l'un de l'autre. "Le partenariat entre Stuff et Jonah a été évité par tous depuis", dit Kelbie, « ce que je comprends à première vue - à moins que vous ne trouviez un violoniste qui joue comme un joueur de cuivres, il est peu probable que l'instrumentation fonctionne. Avec Tcha et Jérôme, je pense que nous pourrions simplement ramener le violon et la trompette sur le devant de la scène du jazz. » 

 

Revisitant des standards tels que Ballin' The Jack, My Blue Heaven, Lawd You Made The Night Too Long, Swanee River et After You're Gone, les Vipers explorent la richesse, la beauté et le mystère de ces numéros, leur jeu d'ensemble dynamique assurant chaque numéro déborde de vitalité, de couleur et d’un engagement clair envers le Swing. Les Vipers ne revisitent pas seulement le répertoire de Smith/Jones, ils tirent leur nom de la composition la plus célèbre de Stuff : il a écrit et enregistré pour la première fois You're A Viper en 1936, la chanson devenant rapidement un standard de jazz (en plus d'être considérée comme la plus grande célébration jamais réalisée de fumer de la marijuana). Cet air ironique, qui, lorsque Fats Waller l'a popularisé, a suscité l'indignation du gouvernement américain alors déterminé à harceler les musiciens de jazz, peut être considéré comme une célébration de créativité libre d'esprit. Ainsi le Viper Club !

 

Déterminés à honorer ceux qui les ont précédés, les Vipers – Kelbie, Limberger, Etcheberry et Girardot – comprennent que le jazz d’avant la Seconde Guerre mondiale était tout aussi incendiaire et innovant que celui créé par les icônes modernistes de l’ère du LP. Pourtant, là où Miles, Trane et Sun Ra sont aujourd'hui vénérés, Stuff Smith et Jonah Jones ont été largement oubliés. L'Onyx Club a placé le violon au premier plan du jazz, aujourd'hui le Viper Club perpétue cette vénérable tradition.

bottom of page